Entente de principe globale soumise au vote des assemblées générales du secteur public CSN

Source: CSN

DES GAINS QUI RÉPONDENT À NOS REVENDICATIONS

Étant donné l’ampleur du document qui vous est présenté aujourd’hui, la version intégrale n’est pas disponible en lecture intégrale directement sur cette page. Pour avoir toute la publication, vous devez télécharger le document. Nous ne reproduirons ici que le texte d’introduction.

Vous ne connaissez pas votre rangement? Utilisez notre outil de recherche pour trouver l’information.

La semaine dernière, après plus d’un an et demi de négociation, nous sommes parvenus à une entente de principe globale pour le renouvellement de nos conventions collectives. La lutte se poursuivant aux tables sectorielles des organismes gouvernementaux, nous parlons ici d’une entente globale pour les travailleuses et les travailleurs de la santé et des services sociaux ainsi que de l’éducation de la CSN.

Alors qu’il y a quelques semaines à peine, nous nous butions toujours à un gouvernement qui refusait de donner les mandats nécessaires à ses porte-parole pour que ceux-ci puissent répondre positivement à nos revendications, notre mobilisation impressionnante des dernières semaines est venue changer la donne.

Mouvements de grève dans les cégeps et dans le secteur scolaire, envoi d’avis de grève dans le secteur de la santé et des services sociaux, blocage du Port de Montréal, convoi massif de voitures et vigile de plus de 24 heures devant l’Assemblée nationale; toutes ces actions ont démontré au gouvernement que, quand la CSN est unie et qu’elle agit pour gagner, il ne peut pas se défiler. Il doit négocier, pour vrai.

Le 23 juin, les comités de négociation des secteurs public et parapublic de la CSN se sont rencontrés pour évaluer les avancées importantes réalisées au cours des deux dernières semaines, tant sur le plan des conditions de travail et de pratique que sur celui des salaires et des autres éléments intersectoriels. Vos délégations au Comité de coordination des secteurs public et parapublic (CCSPP) ont jugé que ces avancées répondent aux objectifs que nous nous étions fixés, ensemble, au début de cette négociation, soit d’améliorer significativement les conditions de travail et de pratique et d’améliorer les salaires de toutes et tous, en portant une attention particulière à celles et ceux qui gagnent le moins.

Au cours des derniers jours, en respect du processus démocratique, ce sont les délégué-es de tous les syndicats du secteur public, vos représentantes et vos représentants élu-es localement, qui se sont prononcés sur les avancées. Ils ont à leur tour fait l’évaluation que nous avons entre les mains une entente de principe qui comporte des gains intéressants et que celle-ci doit être présentée à l’ensemble des membres du secteur public de la CSN.

Les assemblées, qui sont les lieux de débats où vous seront présentés tous les détails de l’entente de principe, se tiendront dans un délai qui sera fixé par les fédérations, en fonction des réalités des différents secteurs.

En attendant la tenue des assemblées générales, nous vous dévoilons les grandes lignes de l’entente de principe qui vous sera présentée pour adoption.

 

Lien vers le communiqué: secteurpublic.quebec

CSN :: Communiqué de Press du 30 juin 2021

Source: CSN

Les 160000 travailleuses et travailleurs du secteur public de la CSN se prononceront sur l’entente de principe.

Montréal, le mercredi 30 juin 2021 – Au cours des derniers jours, près de 800 délégué-es des syndicats du secteur public de la CSN ont pris connaissance de l’entente de principe globale pour le renouvellement des conventions collectives. La lutte se poursuivant aux tables sectorielles des syndicats des organismes gouvernementaux, l’entente globale vise les travailleuses et les travailleurs de la santé et des services sociaux ainsi que de l’éducation, soit près de 160000 membres de la CSN.

Réunis en instances sectorielles de négociation, les délégué-es ont fait l’évaluation que l’entente de principe comporte des gains intéressants tant sur le plan des conditions de travail négociées aux tables sectorielles que sur celui des salaires et des autres matières négociées à la table centrale. Par conséquent, elles et ils s’engagent à la présenter à l’ensemble des membres, en assemblée générale, selon les délais fixés par les fédérations en fonction des réalités des différents secteurs. «La mobilisation impressionnante des dernières semaines, avec, notamment, les mouvements de grève, le blocage du Port de Montréal et la vigile de plus de 24 heures devant l’Assemblée nationale, a permis à la CSN de conclure une entente qui répond à plusieurs de nos revendications. Nous avons réussi à atteindre notre objectif de départ, qui était d’améliorer significativement les conditions de travail et de pratique et d’améliorer les salaires de toutes et tous, en accordant une attention particulière à celles et à ceux qui gagnent le moins dans les services publics», affirme Caroline Senneville, présidente de la CSN.

Mme Senneville rappelle que la CSN a été la première organisation à défendre la nécessité d’améliorer davantage la rémunération des bas salarié-es. « Cet enjeu-là, c’est la CSN qui l’a imposé dans cette négociation. C’était loin d’être une priorité de la CAQ. Nous l’avons forcée à le considérer en mettant cette revendication de l’avant dans notre cahier de consultation au printemps 2019. Notre acharnement à maintenir cette demande donne aujourd’hui le résultat suivant : des augmentations de salaire de 7 % à 10,4 % sur trois ans pour celles et ceux qui gagnent le moins. À la CSN, c’est plus de 75 % de nos membres qui obtiendront ces augmentations, soit parce qu’ils se situent dans les bas rangements (1 à 11) de la structure salariale ou parce qu’ils sont en début de carrière dans les rangements 12 à 28 (excluant les échelles particulières des enseignantes et des enseignants au collégial, qui obtiendront des bonifications particulières). » Pour les échelons supérieurs de ces mêmes rangements 12 à 28, les augmentations seront de 6 % sur trois ans.

La CSN considère aussi avoir réalisé des gains intéressants pour les ouvriers spécialisés, en réussissant à élargir la prime actuelle à divers titres d’emploi et en réglant plusieurs problèmes d’application. Alors que, jusqu’à maintenant, 70 % des ouvriers bénéficiaient de la prime, les nouvelles mesures feront en sorte que plus de 95 % d’entre eux y auront désormais accès.

Plusieurs autres avancées se sont également concrétisées en gains réels, notamment la contribution de l’employeur aux assurances collectives qui sera bonifiée et intégrée entièrement aux conventions collectives.

« Est-ce que cette entente règlera l’ensemble des problèmes des réseaux? La réponse est non, malheureusement. Cependant, les comités de négociation et les délégué-es des syndicats du secteur public de la CSN considèrent que les progrès s’avèrent significatifs et qu’ils serviront de tremplin pour la prochaine négociation, qui approche déjà à grands pas, puisqu’il s’agira d’une convention collective de trois ans. Maintenant, c’est aux 160000 travailleuses et travailleurs du secteur public de la CSN de se prononcer », conclut la présidente de la CSN.

À propos 
La Confédération des syndicats nationaux (CSN) réunit plus de 300000 travailleuses et travailleurs de tous les secteurs d’activité. Avec plus de 160000 membres œuvrant dans les réseaux de l’éducation et de la santé et des services sociaux ainsi que dans les organismes gouvernementaux, la CSN est la centrale la plus représentative dans le secteur public au Québec. 

Primes prenant fin le 30 septembre 2020

Source: FSSS-CSN

Aux syndicats du secteur public

Camarades,

Certaines informations ont circulé depuis hier, en fin de journée, indiquant que les primes prenant fin le 30 septembre prochain seraient reconduites dans les prochaines conventions collectives. Nous nous devons de clarifier ces informations.

Lors de la séance de négociation d’hier entre le Conseil du trésor et la CSN, nos vis-à-vis ont, pour une première fois, démontré une ouverture à maintenir l’ensemble des primes dans les prochaines conventions collectives, avec certaines modalités. Toutefois, lorsque nous avons posé la question à savoir ce qui arriverait des primes au 30 septembre si nous n’étions pas parvenus à une entente sur les conventions collectives à cette date, les négociateurs du Conseil du trésor ont refusé de s’engager à les maintenir en place.

Pour nous, il est on ne peut plus clair que le gouvernement doit prendre l’engagement formel de ne pas appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics à la fin du mois.

Dans ce contexte, nous croyons fermement que nous devons maintenir le plan d’action que nous avons entrepris avec les membres visés par la fin de ces primes. Nous avons besoin d’être le plus nombreux possible à porter ce message et aussi à soutenir l’ensemble de nos revendications, tant sur le salaire que sur les conditions de travail. C’est par la volonté collective et la solidarité entre toutes les travailleuses et tous les travailleurs que nous pourrons faire entendre raison au gouvernement et obtenir des gains sur nos revendications légitimes.

 

À titre de rappel, voici les éléments prévus au plan d’action et d’information sur les primes : 

  • Invitez vos membres à interpeller leur gestionnaire pour leur expliquer les conséquences qu’aura la perte de leur prime
  • Convoquez une rencontre avec des représentants patronaux de votre établissement pour les sensibiliser à la fin des primes qui arrive et exprimer le désaccord et la grogne des travailleuses et des travailleurs qui vont une fois de plus s’appauvrir, en contexte de crise et de pénurie de surcroît.
  • Dans la semaine du 28 septembre : organisez des actions collectives dans vos syndicats et régionalement afin d’augmenter la pression sur le Conseil du trésor. Que ce soit par des rassemblements, des actions d’affichage massif ou d’autres types d’actions, nous devons être vus et entendus.

 

Nous vous invitons à contacter votre personne conseillère à la mobilisation afin de voir ensemble comment opérationnaliser ces éléments.

De plus, des tuiles et des capsules vidéo ont été produites en marge de l’action au Conseil du trésor de Québec, le 9 septembre dernier. Vous pourrez les trouver aux liens suivants :

En après-midi aujourd’hui, une vidéo de Caroline Senneville, 1re vice-présidente et responsable politique de la négociation du secteur public à la CSN, sera diffusée sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/SecteurPublicQC). Cette capsule reprendra l’essentiel de ce message et pourra être partagée auprès des membres pour les informer de la situation et de la suite des choses.

 

Le 30 septembre, ne nous laissons pas plumer par le gouvernement!

 

Solidarité!

11 sept 2020 :: Le fil de la négo sectorielle 2020

Source: FSSS-CSN

 

11 septembre 2020

1-Table sectorielle
  • Une rencontre cette semaine, le mardi 8 septembre.
  • Nous sommes à terminer bientôt tour de présentation de l’ensemble des demandes.
  • Toujours pas mouvement du CPNSSS (partie patronale) sur la question des juridictions. Il estime ne pas être responsable de négocier certaines de nos priorités, par exemple, SST, Assurance-salaire, congés rémunérés.
  • Une rencontre à prévoir la semaine prochaine
2-Table « accessibilité aux soins » (PAB, ASSS etc.)
  • Une rencontre cette semaine, le 10 septembre.
  • Les discussions se poursuivent avec le Conseil du trésor quant à la rémunération des PAB et des ASSS.
  • Il y aura une autre rencontre la semaine prochaine.
3-Rehaussement/octroi des postes PAB
Nous avons indiqué à nos vis-à-vis patronaux que la création de postes d’équipe volante de façon massive n’est pas une solution intéressante pour les travailleuses et les travailleurs. De plus, nous avons souligné que cela est incohérent avec les orientations ministérielles. Nous avons appris que des affichages massifs de tels postes ont été annulés récemment dans certains établissements.
4-Primes d’attraction et de rétention
Le gouvernement maintient son intention affichée de ne pas renouveler les primes d’attraction et de rétention au-delà du 30 septembre (CHSLD, Grand-Nord, TGC, psychologues, ouvriers spécialisés).

13 juillet 2020

La FSSS-CSN signe la nouvelle convention collective pour ses 110 000 membres du secteur public

Source: FSSS-CSN

 

La FSSS-CSN a signé hier la nouvelle convention collective qui s’appliquera pour les 110 000 travailleuses et travailleurs qu’elle représente dans le réseau public de la santé et des services sociaux.

La nouvelle convention collective de la FSSS-CSN, la plus grande organisation syndicale du secteur, entrera en vigueur le 10 juillet prochain. Cette signature est une étape importante d’une négociation difficile, où le gouvernement Couillard a tenté à chaque occasion de s’attaquer aux travailleuses et travailleurs qui œuvrent dans le réseau de la santé et des services sociaux.

Rappelons que c’est la FSSS-CSN qui a obtenu au cours de la négociation le retrait de l’ensemble des propositions de reculs patronaux à la table sectorielle. La poursuite de la négociation en mars dernier a de plus permis de convenir d’une entente de principe améliorée, dont plusieurs gains qui profiteront à l’ensemble du personnel du réseau.

À propos de la FSSS-CSN

La Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN) compte près de 130 000 membres dans les secteurs publics et privés. La FSSS est la plus grande organisation syndicale dans le secteur de la santé et des services sociaux et dans les services de garde. La FSSS-CSN agit en faveur d’une société plus équitable, plus démocratique et plus solidaire.

Renseignements
Hubert Forcier
Conseiller à l’information, FSSS-CSN
514-209-3311