Primes prenant fin le 30 septembre 2020

Source: FSSS-CSN

Aux syndicats du secteur public

Camarades,

Certaines informations ont circulé depuis hier, en fin de journée, indiquant que les primes prenant fin le 30 septembre prochain seraient reconduites dans les prochaines conventions collectives. Nous nous devons de clarifier ces informations.

Lors de la séance de négociation d’hier entre le Conseil du trésor et la CSN, nos vis-à-vis ont, pour une première fois, démontré une ouverture à maintenir l’ensemble des primes dans les prochaines conventions collectives, avec certaines modalités. Toutefois, lorsque nous avons posé la question à savoir ce qui arriverait des primes au 30 septembre si nous n’étions pas parvenus à une entente sur les conventions collectives à cette date, les négociateurs du Conseil du trésor ont refusé de s’engager à les maintenir en place.

Pour nous, il est on ne peut plus clair que le gouvernement doit prendre l’engagement formel de ne pas appauvrir les travailleuses et les travailleurs des services publics à la fin du mois.

Dans ce contexte, nous croyons fermement que nous devons maintenir le plan d’action que nous avons entrepris avec les membres visés par la fin de ces primes. Nous avons besoin d’être le plus nombreux possible à porter ce message et aussi à soutenir l’ensemble de nos revendications, tant sur le salaire que sur les conditions de travail. C’est par la volonté collective et la solidarité entre toutes les travailleuses et tous les travailleurs que nous pourrons faire entendre raison au gouvernement et obtenir des gains sur nos revendications légitimes.

 

À titre de rappel, voici les éléments prévus au plan d’action et d’information sur les primes : 

  • Invitez vos membres à interpeller leur gestionnaire pour leur expliquer les conséquences qu’aura la perte de leur prime
  • Convoquez une rencontre avec des représentants patronaux de votre établissement pour les sensibiliser à la fin des primes qui arrive et exprimer le désaccord et la grogne des travailleuses et des travailleurs qui vont une fois de plus s’appauvrir, en contexte de crise et de pénurie de surcroît.
  • Dans la semaine du 28 septembre : organisez des actions collectives dans vos syndicats et régionalement afin d’augmenter la pression sur le Conseil du trésor. Que ce soit par des rassemblements, des actions d’affichage massif ou d’autres types d’actions, nous devons être vus et entendus.

 

Nous vous invitons à contacter votre personne conseillère à la mobilisation afin de voir ensemble comment opérationnaliser ces éléments.

De plus, des tuiles et des capsules vidéo ont été produites en marge de l’action au Conseil du trésor de Québec, le 9 septembre dernier. Vous pourrez les trouver aux liens suivants :

En après-midi aujourd’hui, une vidéo de Caroline Senneville, 1re vice-présidente et responsable politique de la négociation du secteur public à la CSN, sera diffusée sur notre page Facebook (https://www.facebook.com/SecteurPublicQC). Cette capsule reprendra l’essentiel de ce message et pourra être partagée auprès des membres pour les informer de la situation et de la suite des choses.

 

Le 30 septembre, ne nous laissons pas plumer par le gouvernement!

 

Solidarité!

Il faut arrêter de jouer avec la santé des travailleuses et travailleurs

Source: FSSS-CSN

Les travailleuses et travailleurs que nous représentons sont les plus touchés par la pandémie de la COVID-19. Depuis des mois, nous accompagnons les milliers de préposé-es aux bénéficiaires, d’ASSS, de préposé-es à l’entretien ménager, les agentes administratives et l’ensemble du personnel du réseau de la santé et des services sociaux infectés par le virus. Ce sont nos membres qui mettent leur santé en danger depuis le début. Elles le font parce qu’elles ont à cœur de prendre soin de la population. Comment expliquer que le gouvernement s’entête à nous envoyer au front mal équipé

Les remerciements du premier ministre Legault ne suffisent pas à protéger le personnel. C’est qu’il en faut bien plus pour assurer notre protection. Malgré nos appels répétés, le gouvernement, la santé publique et la CNESST font la sourde oreille avec le résultat que nous connaissons maintenant. C’est plus de 13 600 travailleuses et travailleurs du réseau qui ont été infectés, dont certains qui ont même laissé leur vie. Comme nous représentons la majorité d’entre elles, nous savons toute la détresse et le stress qu’elles vivent. Nous avons accompagné les proches, les amis et les familles des travailleurs infectés et décédés.

Nous avons été abandonnés. Le terme est fort, mais il met le doigt sur le bobo. Les recommandations de la santé publique, qu’appliquent aveuglément les établissements, n’ont pas permis de protéger le personnel. Et c’est sciemment qu’ils continuent à mettre le personnel à risque.

Dès le début de la pandémie, alors qu’il y avait incertitude sur le mode de transmission, nous avons demandé à être protégés contre une éventuelle transmission aérienne du virus, ce qu’on nous a refusé. La transmission du virus par aérosol apparaît de plus en plus comme probable. L’OMS l’a d’ailleurs reconnu récemment et de nombreuses recherches pointent maintenant dans ce sens. Comment expliquer que la santé publique continue de recommander le port de masques, d’équipements ainsi que des procédures de prévention qui ne protègent pas contre ce mode de transmission ?

Face au refus des employeurs de changer de cap, nous demandons à la CNESST d’appliquer le principe de précaution et de forcer les employeurs à rehausser les mesures de protection au travail. Les conséquences d’une infection à la COVID-19 sont très sérieuses. On sait maintenant que des lésions pulmonaires, cardiaques et neurologiques permanentes sont possibles.

Il faut absolument tout faire pour éviter de revivre l’hécatombe dans le réseau. Avec une deuxième vague qui pourrait se pointer le bout du nez plus tôt que tard, il est urgent d’agir. Le gouvernement, la santé publique et la CNESST ne pourront pas plaider la surprise et doivent prendre leur responsabilité. Répéter les erreurs de la première vague n’est pas une option.

Qu’attend-on alors pour annoncer ce qui sera fait pour mieux protéger les travailleuses et travailleurs qui rentrent au boulot chaque matin pour soigner la population ? Le silence du gouvernement sur cette question a de quoi inquiéter. Le premier ministre est sur toutes les tribunes depuis des mois. Souvent, il laisse entendre que c’est par notre faute si les choses ne vont pas comme il le voudrait. Plutôt que de chercher des coupables du côté de celles et ceux qui répondent aux besoins de la population, il devrait plutôt mettre ses énergies à assurer notre sécurité.

Les Québécoises et les Québécois et le personnel du réseau méritent plus que le bilan de la première vague. Nous devons faire mieux et pour cela, il est temps d’écouter les préoccupations des travailleuses et travailleurs au front.

Signataires :

  • Jeff Begley, président de la Fédération de la santé et des services sociaux (FSSS-CSN)
  • Richard Boissinot, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CIUSSS de la Capitale-Nationale – CSN
  • Leon Mayers, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CIUSSS du Centre-Ouest-de-l’Île-de-Montréal – CSN
  • Pascal Bastarache, président du Syndicat du personnel paratechnique, des services auxiliaires et de métiers du CIUSSS de la Mauricie et du Centre-du-Québec – CSN
  • Alain Croteau, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CIUSSS du Centre-Sud-de-l’Île-de-Montréal – CSN
  • Marc Cuconati, président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs du CIUSSS de l’Est-de-l’Île-de-Montréal – CSN
  • Dominic Presseault, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs des Laurentides en santé et services sociaux
  • Marjolaine Aubé, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS de Laval – CSN
  • Jean Mercier, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CISSS Montérégie-Centre – CSN
  • Daniel Laroche, président du Syndicat des travailleuses et des travailleurs du CISSS de la Montérégie-Est – CSN
  • Alexandre Paquet, président du Syndicat des travailleuses et travailleurs du CIUSSS du Nord-de-l’Île-de-Montréal – CSN
  • Josée McMillan, présidente du Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé et des services sociaux de l’Outaouais – CSN

Cette lettre ouverte a été diffusée dans Le Devoir et la Gazette.